Voyages

CROATIE, ou le coup de coeur improbable.

Résultat de recherche d'images pour "carte dalmatie croatie"

Cet été, nous avions envie de soleil. Après une année difficile (ça, on en parlera dans un autre article), nous voulions du dépaysement, du repos, et des étoiles plein les yeux (chaudes, les étoiles, si possible..)

Les destinations possibles ne manquaient pas à notre imagination : Italie, Cyclades, Grèce, Espagne, Canaries….

On se restreignait à l’Europe car on ne souhaitait pas dépenser un budget monstrueux dans les billets (cf trésorerie ratiboisée suite à notre mariage), et également parce que fin août, on trouve dans cette zone le climat qui nous attirait : chaud, ensoleillé, et accessible facilement avec peu de temps de trajet (vacances d’une dizaine de jours)

Et puis un jour, j’ai fait remarquer à M. qu’elle m’avait parlé d’un pays qui à l’époque ne me tentait pas spécialement : la Croatie.

Pourquoi cette destination ne m’attirait pas ? Je crois tout simplement par méconnaissance. Après quelques recherches, nous voilà enfin fixées : finalement, la Croatie, ça semble un excellent compromis pour tous nos critères, et justement les billets par Volotéa sont à moins de 200 euros ! (et en plus nous avions un avoir à utiliser sur cette compagnie : que demande le peuple !!)

[Au passage : petit débriefing sur Volotéa.

Les billets sont ultra accessibles ; les destinations sont assez variées (du moins au départ de Toulouse), la réservation est assez simple et les vols se sont passés sans encombre. Bref, tout ce qu’on demande à une compagnie low-cost.

En revanche, justement nous avions pris une assurance annulation pour un voyage à Corfou qu’il nous avait fallu annuler. Pas de soucis, nous avions bien bénéficié de l’avoir. C’est au moment où il a fallu utiliser cet avoir que les choses se sont un peu corsées…

L’appel (devrais-je dire LES multiples appels INTERMINABLES) au service client qui est pire que surtaxé. L’interlocuteur qui parle et comprend à peine le français. Bref, 50 euros de communication téléphonique plus tard (véridique…), nous avons enfin pu utiliser cet avoir, mais l’un dans l’autre, ça nous a surtout servi à régler les frais de téléphone….

La conclusion c’est, comme probablement beaucoup de services low cost : quand tout va bien c’est le bon plan idéal. Par contre dès qu’il y a un grain de sable dans le rouage ça peut vite se transformer en cauchemar vu le service client déplorable.]

Bref, revenons à nos moutons.

Nous voici donc parties pour ce pays mystérieux, avec dans la valise notre fidèle Routard et dans notre tête un joli circuit bien établi.

 

Croatie : part I – Dubrovnik et ses environs.

Arrivées à l’aéroport de Dubrovnik, nous avons pris la navette pour rejoindre la vielle ville. Nous avions fait le choix de ne pas louer de voiture de suite, car à Dubrovnik même on ne peut pas circuler en voiture, et ça nous économisait donc les frais  le soucis de devoir se garer là-bas.

Rien qu’en arrivant en bus, au crépuscule, sur les hauteurs de Dubrovnik, nous avons de suite eu un aperçu de ce que serait notre séjour : grandiose et charmant.

Ce sont vraiment les termes qui me viennent à l’esprit, là, tout de suite.

dubr

Un meli-mélo de toits ocres et roses, un entrelas de ruelles, la mer en arrière fond avec de petits ilôts, et le tout nimbé du soleil couchant.

Arrivées au Air b§b, nous rencontrons notre hôtesse, charmante, qui nous indique un peu les us à prendre pour rejoindre le centre nerveux (la vieille ville), et les bons plans. Le studio est climatisé, parfait pour 2 nuits, malgré un tarif un peu élevé (comptez 80 à 100 euros par nuit pour ce type de logement à l’extérieur de la vieille ville. Beaucoup plus si hôtel, ou dans le centre.

Le lendemain nous voici parties à l’assaut de Dubrovnik. Ma première réaction a été de voir….. Port-Réal !!!!!!!! (Les fans de Game of Thrones comprendront).

C’est en effet un des lieux de tournage de la série, tout comme d’autres lieux touristiques de Croatie.

Nous voici donc en balade, par près de 40 degrés, au creux des ruelles où se bousculent touristes, marchands de glaces et petites tavernes.

Départ de la fontaine d’Onofrio (petit havre un peu plus frais au milieu de cette journée caniculaire), puis descente de l’artère principale, noire de monde, mais majesteuse, avec un sol en pierre polie qui ne fait que rappeler les siècles de vie qui sont passés par là;

Un petit tour par le port, pour admirer son charme, puis déambulation parmi les ruelles, parfois encombrées de pots de fleurs, égrenant souvent d’innombrables marches de pierre;

Oui parce qu’il faut savoir qu’à Dubrovnik, ça grimpe sec !

Coup de coeurs :

  • l’ambiance féérique quand les cloches de la cathédrale se mettent à sonner, et que toutes les mouettes s’envolent d’un coup ;
  • le charme des ruelles
  • les petits restaurants et tavernes typiques avec du poisson frais grillé, la gentillesse des serveurs (nous avons notamment testé le Lady Pi-Pi dans les hauteurs de la vieille ville : il faut se le mériter mais la vue est imprenable, les tarifs sont corrects et le poisson grillé délicieux)
  • prendre un verre au café Buza, caché derrière la muraille des remparts.
  • Là encore, vue imprenable mais sur la mer, petit air marin frais qui fait grandement du bien, petit instant à part.
  • baignade dans une crique rocheuse au pied de notre studio, dans une eau parfaitement limpide et chaude. (ATTENTION SEA SHOES obligatoires!!)

On a moins aimé :

  • le monde !! en même temps, fin août, à Dubrovnik……
  • le tour en bus panoramique de Dubrovnik et environs : assez cher pour ce que c’est, un peu longuet, on découvre Dubrovnik et ses nouveaux quartiers, on couvre un peu plus de distance, mais honnêtement à refaire nous aurions remplacé par la visite des remparts. C’est notre seul regret, de ne pas avoir fait cette visite. Nous pensions ne pas avoir le temps (ni l’énergie car ça grimpe encore plus fort !) et le ticket était cher, mais a priori c’est un incontournable.

Après 2 nuits à Dubrovnik, nous voilà reparties en navette pour l’aéroport. De là, nous louons notre voiture qui nous aura bien accompagnées lors de ce « road-trip », et nous voici en direction, déjà, de la seconde partie du séjour.

En nous promettant déjà de revenir à Dubrovnik. La Perle de l’adriatique ou la bien nommée.

 

Croatie : part II – Korcula et Mjlet.

Quelques heures de route plus tard, nous arrivons au ferry qui va nous déposer sur notre prochaine destination : l’île de Koçula.

Une jolie route, bordée par les falaises, la mer toujours parsemée d’ilots – la Croatie est surnommé le pays aux milles îles !.

Et puis nous voilà sur Korçula.

Tout autre ambiance, tout autres paysages.

On croirait cette ile plongée dans un autre monde. Un monde de douceur et de sérénité;
Là-bas, les gens sont paisibles, l’île est beaucoup moins touristique. On vient à Korcula pour se repose, prendre le temps de vivre et d’admirer la nature.

Même la lumière y est empreinte de douceur !

Nous avons passé notre séjour à sillonner l’île pour se baigner dans des criques paradisiaques aux eaux parfaitement transparentes (c’en est vraiment étonnant !), à admirer les couchers de soleil, à prendre des verres et des piques-niques les pieds dans l’eau, à visiter des petits villages tous plus pittoresques les uns que les autres.

korc6

Bref, une parenthèse paisible et magique, après le bouillonnement de Dubrovnik.

Nous avons également choisi de faire une excursion sur l’île de Mljet (la plus grande île de l’archipel), à la journée. A savoir que certains prennent plusieurs jours pour visiter cette île car on peut aussi y loger. Nous n’avons visité que le parc naturel (partie Ouest) donc pas de voiture : tout se fait à pied ou à vélo !

Nous voici donc à quai sur Mljet, où nous louons 2 vélos. La visite comprend la réserve et ses lacs d’eau salée : veliko jezero et Malo jezero. Un bijou. Coup de coeur absolu.

Tout y est tellement différent de sur Korcula ! C’était un peu la crainte : de faire « redite ». Mais bien loin de là !!

Les lacs sont dans un écrin de pin maritime, ce qui leur donne une couleur inimitable, balançant entre le turquoise, le vert émeraude et le bleu profond. là encore, tout est calme. il y a du monde, mais les gens ne sont pas pressés, ils prennent le temps. Et les lieux sont tellement vastes que vous avez la sensation d’être seul au monde !

Nous avions préparé un pique-nique que nous avons pris sur les rochers, au bord de l’eau, à l’ombre des pins, entrecoupé de baignade dans une eau à plus de 30°. Nous avons admiré le monastère bénédictin de Sainte-Marie (visite payante possible).

Nous avons même loué un kayak pour admirer ce paysage sous un autre angle. Bref, journée sportive après nos 11 km pour faire le tour du lac. Mais journée inoubliable.

En Bref…

Coups de coeur :

  • Korçula et son ambiance paisible, ses routes noyées dans les vignes, ses mille criques perdues aux eaux limpides.
  • Mljet et son Parc naturel
  • La cité médiévale de Korçula (visite uniquement à pied), bordée de rempart, parsemée de jolies ruelles et de restos typiques

On a moins aimé :

rien !

 

Croatie : part III – Autour de Split.

Après ce petit séjour buccolique, nous voici prêtes à entamer la dernière partie de ce séjour. Mais pas la moindre puisqu’il nous reste 6 jours.

Nous quittons Korçula par Ferry, et nous partons donc en Dalmatie centrale.

Le trajet est plus long cette fois, entre ferries et route, mais nous arrivons à bon port,à savoir Trogir. A nouveau une jolie cité médiévale, de petite taille, mais tout y est. Les ruelles, les pavés, les toits de tuile, les cours fleuries, son marché, et les petits restaurants Croates débordants de produits frais.
Mais Trogir, c’est aussi une station balnéaire, où l’on trouve des plages de sable, pour la première fois de notre séjour.

C’est à la fois un lieu incontournable à visité, mais aussi un endroit-clé pour partir en excursion tout aux environs.

C’est ainsi que nous avons pu entreprendre de visiter deux Parcs nationaux bien connus, ainsi que la ville de Split (à moins d’une heure de route)

Commençons par l’ordre chronologique .

Nous avons entrepris la visite du Parc National de Krka (qui porte le nom de la rivière qui le traverse). Compter environ 25 euros par personne. Prévoir une demi-journée. Accès facile, même pour des enfants en bas âge.

Je n’ai qu’un mot. Epoustouflant.

Après avoir pris un bus, nous sommes déposées à l’entrée du sentier (2,5 km, très bien aménagé, avec un ponton en bois tout du long). Et là il suffit de s’enfoncer au milieu de la végétation  la limite du tropical, et de poser les yeux….. partout en fait ! Des sources sortent de tout côté, et dégringolent parmi la mousse, les roseaux et les arbres. Parfois, on croise une cascade qui gronde avec force,e t parfois on s’attarde auprès d’une étendue d’eau calme. C’est un lieu féérique et incomparable.

Le clou du spectacle : Skradinski buk, une chute d’eau immense au pied de laquelle il est permis de se baigner.

En revanche, énormément de monde : mieux vaut faire sa visite dès la première heure sous peine d’être enseveli sous les cars de touristes !

Nous avons couplé la visite de Krka avec la visite de Sibenik, petite ville côtière à une quinzaine de kilomètres au Sud, qui vaut vraiment le détour.

 

Evidemment, nous ne pouvions rester à Trogir sans visiter l’incontournable Split.

A Split, nous avons vraiment renoué avec le tourbillon touristique de Dubrovnik. Mais là encore, nous avons admiré un paysage totalement différent. les abords de la village sont franchement moches. Industriels, barres d’immeubles, bref, une grande ville.

Mais arrivées à la vieille ville, on pénètre un autre monde. Encore des rues pavées de pierres polies,mais cette fois on peut aussi admirer d’immenses ruines. On s’y promène à pied, bien sûr, à flâner pour admirer les vestiges d’une civilisation grandiose. Bien sûr, il faut admirer le palais de Dioclétien. On a fait un passage éclair par ses fondations (attention visite payante..). Et nous nous sommes attardées à regarder les colonnes qui bordent le péristyle (vaste cours rectangulaire aux allures grecques ou égyptiennes).

On se perd à nouveau dans les ruelles de la vieille ville, pour notre plus grand plaisir, et on sent l’air frais marin qui donne au tout un sentiment de liberté.

Pour terminer, on ne pouvait repartir sas visiter un autre trésor : le Parc national de Plitvice.

Il s’agit dune réserve inscrite au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Un Parc immense dans lequel on ne peut encore une fois ne circuler qu’à pied, en bateau ou navette.Il existe 2 entrées différentes et 3 parkings. Il faut compter plus de 30 euros par personne pour la journée (plus sur 2 jours)

On peut choisir entre différents parcours de longueur et de difficultés différentes, pour adapter sa visite en fonction du temps dont on dispose et de ses capacités physique. Ce qu’il faut retenir c’est que toutes les plus belles vues sont accessibles, mêmes aux personnes en situation de handicap, car le Parc est très bien desservi entre les navettes et les bateaux électriques.

Le Parc comprend 16 lacs répartis sur 2 niveaux (lacs supérieurs/lacs inférieurs).

La visite que nous avons entrepris commence par une descente au sein d’une gorge. De là, nous gagnons un ponton de bois, et nous entrons dans le vif de sujet. Honnêtement, il est difficile de savoir où donner de la tête tant tout y est grandiose et féérique. Les lacs, les cascades, la végétations. Tout semble suspendu dans le temps. L’ambiance y est parfaite, j’aurais pu passer des jours à admirer ce trésor de la nature.

Les images parleront plus que les mots…

 

plitv6

En Bref :

coups de coeurs :

  • Les Parcs de Krka et Plitvice
  • Les villes de Trogir, Split et même Sibenik, prendre le temps d’y boire un jus de fruits frais à l’ombre d’une terrasse.
  • La cuisine croate (très bonne adresse à Trogir : le Vanjaka)
  • Les bains de mer à la station de Trogir, après nos journées d’expédition, fort appréciables
  • La gentillesse des Croates

On a moins aimé :

  • le monde !! Là c’est vraiment très étouffant, il est difficile de faire abstractions des dizaines de cars de touristes qui vous passent dessus en courant. Surtout en contraste avec Korçula. mais c’est le lot de tout site touristique, et de la période.
  • les tarifs : restauration, visite des Parcs et logements ne sont pas donnés. Il faut compter à peu près les mêmes tarifs qu’en France à la même période.

C’est sur cette touche de magie que s’achève notre périple Croate, et on peut dire que nous avons rempli toutes nos attentes et bien au-delà.

Nous cherchions le soleil : nous avons eu un temps radieux

Nous cherchions le dépaysement : nous avons été servies… Surprises à chaque étape du voyage, des lieux magnifiques et incomparables.

Nous n’avons pourtant exploré qu’une petite partie de la Croatie, mais nous avons eu l’impression de visiter plusieurs pays tant chaque lieu avait sa propre empreinte !

Il y reste encore tant de choses à découvrir, et tant de choses que nous aimerions revoir…

Est-il vraiment utile de conclure en disant que c’était un véritable coup de coeur ??

 

Et vous ? connaissez-vous la Croatie ? Avez-vous des bons plans à nous partager ? Cela vous a t’il donné envie de découvrir cette pépite ?

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s