Voyages

Let’s go to the Norway !

norvege 4

Brrrrrr !! Mais quelle idée alors qu’on est en juillet de vous parler du grand Nord ?!

Ne sachant par quelle destination commencer nos récits de voyage, j’ai opté pour la plus incongrue à l’heure actuelle je pense.

L’idée a germé dans la tête de M., il y a maintenant un an et demi. La Norvège.

Pour ma part, en plein hiver, je rêvais à l’époque de plage, de soleil, mais les arguments de madame étaient là. J’en ai rêvé de ces Fjords et ce cette neige, et il faut bien avouer qu’à bien y regarder, j’avais des étoiles dans les yeux en attendant le départ.

Il aura fallu à ma chère et tendre des heures de recherches, à travers les bouquins, les guides, les blogs, etc, pour finalement nous concocter un séjour aux petits oignons.

5 jours dans un autre monde, totalement inédit pour nous.

J1 : Départ, en doudoune à l’aéroport, en plein mois d’avril.

Oui, petit détail, nous partons avec une compagnie « low cost », et nous prévoyons un « road trip », donc il faut partir léger. Or, la Doudoune, ça encombre un bagage cabine en moins de 2 ! Pas grave, on la prend sur nous. De même que les chaussures de rando adaptées au froid (entendre par là : collants et chaussettes de ski. Oui, c’est la Norvège, quand même…)

Au menu, beaucoup de transports en commun, et de changements d’hébergements. On espère là-bas retrouver la neige et le grand froid, donc, on oublie la valise cabine et ses petites roulettes trop fragiles, et on prend un gros sac à dos pour tout caser.

Escale éclair aux Pays-Bas, juste le temps d’apercevoir par les hublots les canaux d’Amsterdam (et voilà, maintenant, on a envie d’y retourner…), de traverser 2 fois le gigantesque aéroport pour trouver à manger, et de payer un prix exorbitant pour 2 sandwiches (pas bons en plus).

Arrivée à Oslo. Le temps de trouver l’hôtel, et hop, un petit tour dans les rues, pour aller sur le port apercevoir l’opéra.

Peu de monde, mais une sensation de calme et un dépaysement qui commence à se profiler.

J2 : départ en train pour Geilo.

Ah, les trains de Norvège… Bon, la Norvège, c’est grand. Mais vraiment très, très grand. Donc il faut s’adapter. Pas de voiture pour nous car nous avions peur de trouver les routes barrées par la neige. Bref, restent l’avion : cher, et peu pratique pour admirer les paysages ; ou le train. C’est donc cette option que nous avions choisie.

Nous avons donc emprunté la célèbre ligne Oslo-Bergen, et profité d’une succession de paysages tous plus grandioses les uns que les autres. Des lacs, gelés, figés dans leur splendeur. Des étendues neigeuses, des montagnes couvertes de conifères, à perte de vue.

norvege 1

norvege 8

Nous voici enfin arrivées à Geilo. Station de ski plutôt huppée, cette petite ville est nichée en plein coeur de… Nulle part. Ici, on trouve des hôtels de luxe, des spas, des commerces. Et pourtant, notre destination est ailleurs : nous, nous voulions faire du chien de traineau ! Petite escapade d’à peine une heure, magique, des sensations inconnues.

Oui mais voilà, c’était sans compter sur le soleil.. Et qui dit soleil, dit fonte des neiges, exceptionnelle à cette époque, mais pourtant suffisante pour enrayer nos beaux projets.

Quelle déception ! Tout le voyage s’était construit sur cet itinéraire bien particulier, qui nous a littéralement fait traverser toute la Norvège, afin de pouvoir s’arrêter, une petite heure, pour notre escapade en traineau…

Qu’à cela ne tienne, nous allons randonner dans ces belles étendues neigeuses (et herbeuses), en attendant de reprendre notre train.norvege 2

dav

Prochaine destination : Voss. 6 heures de train en tout, de Oslo jusqu’à Voss.

norvege 3

J3 : Voss

Voss. Charmant air B&B, arrêt d’une nuit, afin de rejoindre le clou du spectacle : le départ pour le « Norway in a Nutshell »…

Quézaco ?

Eh bien c’est un circuit, qui couple du bus, du train, et du bateau, et qui permet de s’enfoncer au cœur de l’un des Fjords qui bordent Bergen : le Sogneford.

Le Sogneford : il fait 204 km de long, c’est d’ailleurs le plus long Fjord d’Europe et le deuxième plus long du monde. C’est également le plus profond du pays avec ses 1308 mètres de profondeur. De quoi se donner le vertige !

norvege 11

Notre parcours : nous avons pris le bus au départ de Voss donc, en direction de Gudvangen. Un petit café au chaud, et hop, c’est parti le bâteau qui nous a porté jusqu’à Flam. Arrivées là-bas, nous prenons le train typique (le Flamsbana) qui nous mène tout droit (enfin tout droit… Façon de parler…) à Myrdal, une petite gare de montagne, perchée à 867 m d’altitude. En été des randonnées partent de cet endroit. On peut également y loger.

SOPHIE TRAIN

Que dire… Il n’y a pas de mot, pour décrire ce sentiment de grandeur. Le souffle qui se coupe au détour d’un rocher quand le chemin de fer se lance dans le vide, ou s’enfonce vers les sommets croulants sous la neige (oui, parce que là, de la neige, il y en avait à revendre !). Quand le bateau glisse sur une eau presque lisse, sur laquelle se reflètent quelques villas colorées, perdues dans l’immensité.

norvege 12norvege 13

Un régal. Des heures de trajets, qui permettent à peine d’entrevoir toute la beauté de ces espaces, très bien préservés.

A noter que tout le circuit peut se faire à l’inverse, à partir de Myrdal, mais l’attente entre chaque transport est plus longue.

J4 et J5 : Bergen, la cerise sur le gâteau enneigé

Bergen, la ville où il pleut plus de 240 jours par an, et où pourtant nous avons trouvé un soleil radieux !

Et pourtant, à l’arrivée du Norway in a Nutshell, s’est profilé un paysage embrumé, pluvieux et envoûtant, qui n’aurait pas fait mentir les statistiques climatiques ! Un grand lac à l’approche de la ville laisse place aux premières habitations, qui émanent lentement du brouillard quasi permanent a priori dans cette région.

dav

Une fois débarqué, nous avons facilement rejoint notre hôtel. Soit dit en passant, très bonne adresse : Citybox. Bon rapport qualité-prix (attention, on reste en Norvège, donc c’est cher), en plein centre ville et à 5 minutes à pied de la gare).

dav

Découvrir Bergen.

norvege 5

Se perdre dans les ruelles du quai de Bryggen et admirer ses maisons en bois coloré. Acheter du saumon au marché aux poissons, et du pain frais, et se régaler à la terrasse d’un café, en T-SHIRT (je dis bien en t-shirt !! Avec la Doudoune pas trop loin, au caz’où…). Flâner dans le vieux port et écouter les mouettes piailler…

norvege 6

Prendre le temps d’une longue balade en bord de mer, et s’imprégner du calme et de la bonne humeur des Norvégiens.

BERGEN5

Prendre le funiculaire de Floyen et se balader en profitant du point de vue. Monter au téléphérique d’Ulriken et être époustouflée par la vue imprenable.

Le mont Floyen est accessible par le funiculaire donc.

BERGEN3Au terme de 7 minutes de montée (vertigineuse!), on atteint les 320 m d’altitude qui permettent déjà un beau panorama sur le port. Quelques randonnées pédestres sont faisable en hauteur, nous avons abordé la descente qui peut se faire jusqu’à Bergen même, à pied.

Le mont Ulriken culmine, lui, à 643 m. Pour y accéder il faut s’excentrer de la ville grâce, notamment, au bus Bergens 2 (c’est ce qu’on a fait). Il part du marché aux poissons de Torget. Une fois arrivé, les courageux peuvent entreprendre la montée à pied. Nous, on a choisi le téléphérique (…). trois minutes plus tard, nous étions donc au sommet, à admirer Bergen, ses lacs, ses reliefs, s’étaler sous nos pieds. Le panorama est sur 360° et il est vraiment spectaculaire (plus même que sur le mont Floyen).

IMG_0791

Bergen, la ville coup de cœur de ce voyage…

Alors la Norvège, on en pense quoi ?

A refaire, finalement, on partirait sûrement, soit plus tôt dans l’année pour, enfin, connaître ces montagnes de neige que l’on s’attendait à voir. Quitte à se frigorifier un bon coup ! Soit plus tard, en été, pour admirer les arbres feuillus, et voir les Fjords se parer d’un autre visage.

Attention d’ailleurs, nous avons failli courir à la catastrophe en réservant l’avion fin mars. En Norvège il y a une semaine « sainte », fin mars, où tout est fermé, y compris beaucoup de transports et de commerce ! A vérifier donc, histoire de ne pas se retrouver coincé au milieu de ces étendues presque désertes !

Le bémol de ce voyage, c’est le coût. La vie est chère, et même en faisant attention, le budget est conséquent. en plus à l’époque où nous sommes parties, impossible de loger en camping, ce qui peut être une solution pour diminuer les frais, même s’il ne faut pas se leurrer, le niveau de vie là-bas étant 3 fois plus élevé qu’en France, ça reste une destination chère.

Le regret, c’est la gastronomie. Soit nous y sommes totalement hermétiques, soit il y a un soucis culinaire dans ce pays, car nos expériences gastronomiques norvégiennes ont été catastrophiques !

Le must de ce séjour, c’est incontestablement Bergen, et ses environs. Nous sommes tombées amoureuse de cette ville, qui irradiait sous les quelques rayons de soleil grappillés au passage.

Nous avons A-DO-RE les paysages, le côté sauvage, le circuit du Fjord, le côté improbable de ce voyage, et l’ambiance de ce pays. Les gens sont heureux, il y fait bon vivre, et ça se sent.

Et vous, connaissez-vous la Norvège ? Quelle est votre expérience ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s